Un groupe de bikers sur le plateau des Bolovens !

Après une première journée sur un scoot à Champasak, nous rentrons dans le dur de la boucle de Paksé et partons pour 4 jours à la découverte de cascades perdues dans la jungle. Au fur et à mesure de la boucle nous formons un vrai groupe de 5 bikers avec qui nous passons de supers moments. C’est parti, on prend la route !

Mais avant tout voici le sommaire de cet article :

Jour 1 : Du café aux cascades

Nous déposons nos gros sacs chez Miss Noy, notre agence de location de scooter et partons pour une boucle de 4 jours de route. Après avoir affronté la ville animée et ses scooters qui vont dans tous les sens nous voilà sur une belle route peu fréquentée et qui file droit devant ! Nous traçons direction la visite de ferme de café chez Mr Vieng, à 2h de route. Sur la route, nous nous arrêtons plusieurs fois sur le bas côté pour admirer le paysage, un flot continu de verdure et des montagnes brumeuses au loin. Parfois les premiers plans sont marqués par ces fameux chapeaux de paille larges et pointus que portent les personnes travaillant dans les rizières. Nous traversons également de nombreux petits villages qui se résument pour les plus petits à quelques maisons placées sur le bord de la route. On voit donc de nombreuses maisons traditionnelles en bois sur pilotis, et certaines autres, plus maçonnés et d’influence française.

Astuce location : Chez Miss Noy, nous louons le scooter semi-automatique pour 60 000 kips les 24h, supers conseils en français d’Yves pour la boucle. Compter 10 000 kips le litre de carburant environ.

Nous arrivons enfin chez Mr Vieng vers 11h30 et nous prenons un café car nous attendons que plus de personnes arrivent afin que la visite démarre. La plupart des visiteurs sont francophones : belges, suisses, français ! Nous faisons alors la connaissance de Raphaël et Quentin avec qui on s’entend très bien directement et qui seront nos acolytes de voyage pour les prochains jours de scooter.

La visite commence vers 13h et nous sommes un bon groupe, Mr Vieng, un jeune lao qui parle bien anglais nous explique donc ses plantations de café. Et oui, c’est la troisième fois qu’on se fait expliquer le processus mais nous voulions voir s’il y avait des différences entre l’Amérique du sud et l’Asie. Nous apprenons de nouvelles choses, notamment sur les différents types d’arbres à café, au Laos, on plante plutôt le liberca, exsalsa et robusta, l’arabica étant un peu plus difficile à faire pousser. Le liberca et exsalsa sont ceux qui ont le moins de goût et sont les moins chers, on les reconnaît facilement ils ont de grosses feuilles. Ils sont d’ailleurs plutôt utilisés à une échelle industrielle en composant « caféine » pour le redbull par exemple. L’arabica lui est tout à l’opposé, il représente l’excellence du café, c’est d’ailleurs celui que l’on voyait toujours en Colombie.

La dégustation de fourmis rouges signera la touche exotique de la visite et c’est Micka qui sera assez courageux pour le faire. On prend donc le nid de fourmis que l’on trouve généralement dans les feuilles de café, on les roule entre les mains pour les tuer, et cela révèle une forte odeur vinaigrée. Le goût qui s’en suit est très acide, comme une vinaigrette à salade. Mr Vieng nous explique qu’ils peuvent également l’utiliser comme déodorant naturel.

Astuce visite : La visite guidée de la plantation de Mr Vieng coûte 10 000 kips chacun.

La visite se termine et nous repartons donc plus à deux mais à quatre direction la cascade de Tad Voung. Avant cela, nous mangeons dans un resto où les seuls mots anglais prononcés par la dame sont « soup » et « chicken ». Bien nous mangeons donc une soupe aux nouilles avec du poulet, le plat national généralement proposé lorsque l’on ne se comprend pas, qu’il n’y a pas de menu avec photo ou que l’on se trouve dans un minuscule village ! Nous arrivons ensuite à notre première cascade de la boucle, la Tad Voung. Le point de vue se fait du dessus de celle-ci. Elle doit faire une centaine de mètres de hauteur et le paysage est sublime.

Astuce visite : Tad Voung est gratuite. Il faut seulement payer le parking à 5000 kips. Il y a un accès en haut où l'on peut se baigner et un autre accès pour la voir du bas. Cependant cette partie est très pentue avec notamment quelques échelles. Attention, à partir de 17h, ils ouvrent le barrage et si vous ne tenez pas à atterrir 100m plus bas il vaut mieux ne pas être dans ses bassins.

Nous repartons pour la dernière destination de la journée et notre lieu de repos pour la soirée : le village de Tad Lo. Il est un peu tard et les guesthouses que l’on voulait n’ont plus de bungalows pour nous mais on nous propose deux chambres à 25000 kips chacune. C’est très sommaire et la salle de bain partagée n’est clairement pas des plus propres mais il y a tout de même une moustiquaire et le lit est correct. On prend, ça fera plus d’argent pour les bières du soir !

Nous allons faire notre dernière expédition de la journée à la cascade de Tad Lo où on y arrive après 20 bonnes minutes de marche. Le lieu est de toute beauté, et nous allons nous baigner au milieu des locaux qui prennent leur douche et font leurs lessives dans la rivière. En tant que femme, peut être moins en tant qu’homme, au Laos il faut se baigner habillée car les Laotiens sont “pudiques” et se baigner en maillot de bain revient à se baigner nue.

Nous admirons le coucher de soleil dans l’eau avant de repartir dans la forêt obscure direction nos chambres spartiates ! À l’heure du dîner nous rejoignons tous les quatre la Palamei Guesthouse pour partager leur fameux « Dîner de famille » que la proprio nous a super bien vendu ! Les clients de la maison ont tous un peu participé et nous arrivons devant une tablée d’une quinzaine de personnes avec pleins d’assiettes à partager. Le concept est génial et nous passons une excellente soirée.

Astuce repas de rêve : La Palamei Guesthouse en plus d'être une très belle maison propose le "Family diner" à 35000 kips. Repas à n'en plus finir avec que des bons produits et desserts maison.

Astuce logement : La Fandee Guesthouse propose des bungalows et si vous êtes en manque de camembert vous pouvez en manger pour 19€ (Cette blague!). Le petit déjeuner est excellent pour 20000 kips on peut obtenir deux énormes crêpes couvertes de chocolat et de bananes. S’il n'y a plus de places comme pour nous, ils proposent les fameuses chambres à 25000 kips. Sommaire mais efficace.

Jour 2 : Village animiste et cascades

Après un petit déjeuner excellent chez Fandee Guesthouse nous conduisons jusqu’au village de Kok Phoung Tai où nous allons nous faire guider par Mr Hook. Il nous parle dans un super anglais de son village et du peuple Ka Tu, ses traditions et croyances ainsi que de l’histoire du café. Il faut aller à cette visite avec une grande curiosité car certains propos et pratiques sont en total décalage avec notre société occidentale actuelle. Nous avons été fascinés et nous recommandons fortement la visite.

Ce village Ka Tu compte environ 700 âmes, ils sont animistes. C’est un peuple vivant en quasi autosuffisance, agriculteurs et utilisant uniquement la médecine traditionnelle à base de plantes de la forêt. La jeune génération commence à utiliser les pharmacies et hôpitaux, mais cela va à l’encontre de leurs traditions. Par exemple, croyants aux mauvais esprits, en tant qu’étranger, il nous ait interdit de toucher leurs maisons ou les enfants au cas où nous portions un démon en nous qui attirerait le malheur sur la famille. La maison est en effet leur périmètre de protection qui est protégée par des rites et talismans. La photo des anciens est interdite car ils croient profondément que l’image produite vole leur âme. Intéressant car nous pouvons faire l’analogie avec les conquistadors espagnols en Amérique du sud qui avaient converti certains indigènes au culte chrétien en leur montrant leur propre visage dans des miroirs tout en leurs disant que Dieu leur avait volé leur âme et qu’ils devaient le vénérer afin de la récupérer !

Aujourd’hui, l’Etat impose l’école aux plus jeunes et notre guide Mr Hook constate peu à peu une fracture générationnelle entre ceux qui sont dans les traditions et les jeunes qui « s’ouvrent au monde ». Nous n’en disons pas plus pour ne pas tout spoiler mais aussi pour ne pas choquer avec des faits qui sortis du contexte, ne seraient pas compris !

Après cette visite intense et riche en informations, nous repartons toujours avec nos deux acolytes pour chercher où manger ce midi. On trouve finalement un restaurant avec une troupe de laotiennes qui s’arrosent fortement à coup de lao lao (alcool local de riz) et de bières. La famille qui tient le restau est également attablée avec quelques bières déjà finies. Une sacrée bonne ambiance ici ! On ne passe pas inaperçus avec nos têtes de blancs et tout le monde nous regardent et nous sourient jusqu’aux oreilles.
On mange de délicieux plats alors que les propriétaires sont passés au niveau supérieur avec des shooters d’alcool de miel maison. La fièvre du samedi soir a l’air de s’appliquer en plein de milieu de la semaine et à midi ici au Laos !

Soudain la mère de famille prend sa bouteille, son shooter et nous sert une tournée généreuse ! La bouteille est finie mais pas de panique, elle va dans son placard et revient avec la préparation. Dans un sot il y a de l’alcool, du riz et une ruche entièrement noyée : on remplit la bouteille du précieux nectar et c’est parti pour s’arracher la tête au repas. Elle remplit un énorme shooter pour le donner à Élodie, qui n’avait pas encore eu sa tournée ! C’est après 3 tournées que nous quittons le restaurant pour repartir sur nos motos, un peu assommés faut se l’avouer.

Nous roulons deux heures jusqu’à l’hôtel P&S Garden qui donne accès à des cascades. Cette route signe le début de la grande boucle laissant derrière nous la majorité de ceux qui font seulement deux jours de moto sur la petite boucle. Nous arrivons à l’hôtel où nous choisissons une tente confortable au bord de l’eau. Après une installation rapide, nous allons faire un plouf à la cascade bien fraîche de Tad Faek qui se situe à 150m de l’hôtel, un délice.

Nous finissons la journée sur un dîner à la soupe de nouille à coup de karaoké mal géré et c’est les oreilles en sang que nous allons nous coucher bercés par la rivière.

Astuce logement : L’hôtel P&S Garden propose des tentes deux places avec matelas et couverture au dessus de l’eau pour 50 000 kips. Le lieu est splendide mais nous semble un peu délaissé avec un seul plat à la carte le soir. Espérons que ce n’est qu’une passade car le lieu est parfait.

Jour 3 : Randonnée dans la Jungle

Nous partons de chez P&S Garden avec 3 nouvelles personnes, Elodie une française, Agata une italienne et Baju une indienne, notre groupe de bikers s’agrandit pour la partie « dangereuse » de la boucle. Et oui, Miss Noy nous transmet bien sa parano lors de sa réunion d’informations car c’est d’après lui la journée où on est plus susceptible de nous voler notre bécane. Boh franchement nous on ne voit pas la différence. Nous roulons donc en direction de la partie plus junglesque de la boucle, la route est vraiment très belle et serpente entre deux pans recouverts d’une forêt dense. Nous nous arrêtons à un point de vue lointain sur la cascade Nam Tok Katamkot qui se jette sur des dizaines de mètres au milieu de la végétation. Puis nous continuons sur une partie défoncée de la route, en effet le goudron a laissé la place à la terre, aux pierres qui roulent sous la roue et aux nids de poule.

Nous sommes à deux à l’heure sur cette route de terre quand une prise de décision arrive trop tard : « ahhhh il fallait que je tourne à gauche, ok je tourne » mais Micka tourne trop vite et la roue de la moto glisse et nous voilà les fesses par terre … au ralenti ! Du coup rien de grave, nous repartons et nous arrivons quelques minutes plus tard dans le joli jardin d’une propriété, point de départ d’une randonnée vers l’ensemble de cascades de Tayicseua perdues dans la jungle.

Astuce visite : L’accès aux cascades Tayicseua coûte 5 000 kips par personne et le parking 5 000 kips.

Après un escalier abrupt, un petit chemin dans les hautes herbes et un nuage énorme de vapeur, nous sommes au pied de l’impressionnante cascade Tad Jarou Halang. D’une bordure rocheuse à une centaine de mètres au-dessus de nous, elle déverse chaque seconde un rideau d’eau énorme et assourdissant. Face à elle, les pieds dans la gadoue, nous sommes complètement trempés ! Nous commençons à en avoir vu quelques unes des cascades sur notre route, mais impossible de se lasser devant ces spectacles naturels !

Nous remontons l’escalier abrupt pour en redescendre un autre afin d’atteindre le haut de la cascade Tad Jarou Mandreun. D’ici, difficile d’en saisir toute la puissance mais le point de vue sur le tracé du cours d’eau dans la jungle est splendide. Nous remontons le cours d’eau pour atteindre un endroit où la rivière prend de la largeur offrant de multiples bassins et petites cascades. Un endroit idéal pour se baigner et pique-niquer et avec ce beau soleil, nous en profitons tous !

L’après-midi est bien avancée quand nous reprenons la route, nous roulons une bonne heure sous le soleil déclinant jusqu’à atteindre la Guesthouse H Thida où nous passerons la nuit. L’italienne et l’indienne nous ont quitté pour rentrer sur Paksé nous sommes donc 5 avec Raph’, Quentin et Elodie surnommée Micheline.

Astuce logement : La Guesthouse H Thida à la sortie du village de Ben Houei Kong propose des chambres toutes neuves avec salle de bain privée pour 70 000 kips la nuit.

Jour 4 : Des cascades, on ne s’en lasse pas !

Dernier jour de la boucle et au programme des … cascades ! Selon le briefing d’Yves, ce seront les plus belles du parcours, nous allons voir ça. Après une petite heure de route nous dépassons Paksong pour arriver au parking de la cascade de Tad Yuang. L’entrée a été aménagée en véritable zone touristique mais pour une fois, avec bon goût. Restaurants et boutiques d’artisanat se succèdent jusqu’au point de vue haut de la chute. La vue sur la gorge profonde recouverte de végétation est vraiment sympa !

Après le haut, le bas, c’est vrai que nous avions besoin d’une deuxième douche ce matin. C’est vraiment du bas que l’on se rend compte de la hauteur et de la puissance des cascades. On adore !

Astuce visite : L’accès à la cascade de Tad Yuang coûte 10 000 kips par personne et le parking 5 000 kips.

Nous sommes maintenant censés reprendre nos motos pour nous rendre à la plus haute cascade du Laos Tad Fane à quelques kilomètres d’ici mais nous avons repéré un petit chemin de randonnée sur maps.me qui relie Tad Yuang à Tad Fane alors pourquoi pas tenter le coup. Aucun panneau n’indique le chemin, nous suivons donc le téléphone, dans la forêt, sur des chemins d’à peine 40cm de large. Ça monte et ça descend sévère et la journée passe vite, nous n’aurons pas le temps de faire demi-tour avant la nuit il faudra donc trouver un autre moyen pour rentrer. Après une pente plus verticale qu’horizontale nous débouchons sur le cours d’eau H Bangliang donnant naissance à la cataracte sud de Tad Fane, de pierre en pierre nous le suivons. Et là pouahhhh quel spectacle vertigineux, nous sommes au bout du ruisseau face à une gorge de 200 mètres de profondeur dont on ne voit pas le fond ! De l’autre côté, on aperçoit le point de vue « conventionnel » sur Tad Fane, la présence de notre petit groupe doit gâcher quelques photos.

Un mini sentier qui longe le gouffre est l’unique moyen de continuer et il ne doit pas être trop emprunté. Un peu flippés mais motivés, on avance doucement jusqu’à arriver à la cataracte nord et une nouvelle fois il n’y a rien à dire, c’est impressionnant ! Pour la dernière partie de la randonnée, nous contournons la gorge par la forêt afin d’atteindre le point de vue traditionnel : une large terrasse d’un café judicieusement installé. La vue sur les deux cataractes de Tad Fane est magique, c’est clairement le clou du spectacle ! Une tyrolienne immense a été installée et traverse le gouffre, de quoi prendre une bonne montée d’adrénaline mais un peu trop cher pour notre petit budget.

Astuce visite : L’accès à la cascade de Tad Fane ne coûte rien si vous arrivez de la randonnée.

Nous voilà maintenant devant le parking de Tad Fane sans moto, puisqu’elles sont restées au départ de la randonnée. Nous marchons jusqu’à la route principale où le pouce en l’air nous nous faisons embarquer dans une camionnette qui nous déposera non loin de nos précieuses bécanes. Avec le sourire, il y a toujours une solution ! Le soleil est pas loin de disparaître, si nous étions raisonnables il serait déjà temps de rentrer car une heure de route nous sépare encore de Paksé. Cependant sous l’insistance de Micheline nous faisons un dernier arrêt à la cascade de Thamchampy. Et elle a eu bien raison ! Un chemin de terre bosselé en moto et 10 minutes de marche plus tard, nous sommes sous la cascade en train d’admirer le coucher du soleil. Une nouvelle fois, moment magique, et il y en a eu plein aujourd’hui !

Astuce visite : L’accès à la cascade de Tad Thamchampy coûte 5 000 kips par personne et le parking 5 000 kips.

Retour au point de départ, Paksé dans le viseur, nous roulons une bonne heure de nuit. Franchement, il n’y a rien d’agréable : les phares du scoot sont faibles, on mange des insectes, la fumée des feux sur le bord de la route nous empêche de voir correctement (feux pour brûler les ordures hummmm) et on croise un paquet de deux roues, camions, tracteurs (et vaches) sans la moindre lumière que nous distinguons qu’au dernier moment ! Nous ne sommes pas trop de deux pour voir et esquiver tous ces petits dangers.

Vannés mais bien heureux de notre première virée laotienne en scooter, nous rendons notre bécane à Yves tout en lui réservant, au côté de nos compagnons bikers, le ticket de bus pour les 4000 îles, destination chill par excellence du pays. Nous irons donc découvrir en groupe ce lieu paisible, génial, nous avons hâte de la suite !

Pour finir, un petit bilan en kilomètre de la grande boucle de Paksé :
De Paksé (Miss Noy)
> à Plantation de café de Mr Vieng : 62 km
> à la cascade de Tad Soung : 22 km
> au village de Tad Lo : 10 km
> au village animiste du Capitaine Hook : 18 km
> à l’hôtel de P&S Garden (cascade Tad Faek) : 76 km
> à l’ensemble de cascades de Tayicseua : 37 km
> à la guesthouse de H Thida : 16 km
> aux cascades de Tad Yuang et Tad Fane : 44 km
> à la cascade de Tad Thamchampy : 5 km
> à Paksé : 42 km
Total de 332 km en 4 jours !

L'article vous a plu ? Partagez-le ;)

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *