Trek au parc national de la Chapada Diamantina

Après la folie du carnaval et notre séjour prolongé à Salvador, nous voilà partis pour un trek de 3 jours au cœur de l’immense parc national de la Chapada Diamantina. Nous allons grimper des monts, explorer des grottes, traverser la forêt et des plateaux désertiques. On pose nos tongs, on met nos chaussures de rando et c’est parti pour des kilomètres en pleine nature !

Faire un trek de plusieurs jours dans la Chapada Diamantina nous trottait dans la tête depuis le début du voyage même si ça ne collait pas à l’itinéraire pressenti de prime abord qui consistait à longer complètement la côte. Or il s’avère que c’est sur la route pour Brasilia, que nous avons déjà bien profité de l’océan et que s’évader en pleine nature après le carnaval est très tentant. Nous avons donc sauté sur l’occasion !

Mais avant tout voici le sommaire de cet article :

Bref résumé historique

Le parc national de la Chapada Diamantina est un lieu exceptionnel pour pratiquer le trekking au Brésil. C’est un parc naturel de 1500 km2 créé en 1985 pour protéger un immense plateau surélevé dont les paysages, la faune et la flore sont très diversifiés. Le nom du plateau a été donné par le géologue allemand Ludwig von Eschwege au XIX ème siècle. « Chapada » est un terme brésilien faisant référence à un type de formation géologique du parc d’une hauteur dépassant les 600 mètres et qui présente une partie plane en son sommet. « Diamantina » fait quant à lui référence à l’activité de recherche de diamants qui a eu lieu dans la région, au milieu du XIX ème siècle. En effet la région est exploitée depuis le XVII ème siècle, d’abord pour l’agriculture et l’industrie cafetière puis pour l’extraction d’or et enfin de diamant. Celle-ci sera interdite à l’ouverture du parc où désormais la faune et la flore reprennent petit à petit leur plein droit. Le tourisme est aujourd’hui la principale menace de cette région, c’est pourquoi il est essentiel de choisir des guides responsables.

L'organisation

Comme c’est notre premier trek on voulait une prise en charge complète avec guides, nourriture et logements sur place. Nous avons donc contacté « Némo Guide Chapada » via Facebook. C’est un guide français installé dans la région depuis 8 ans qui est vivement recommandé sur les réseaux sociaux, nous n’avons donc pas hésité à lui demander ses dispos.

Il nous annonce que nous pouvons former un groupe de 6 personnes pour un trek de 3 jours au départ de Palmeiras pour la Vale do Pati. Némo ne sera pas notre guide car il s’occupe maintenant de son nouveau né mais il a tout organisé, nous aurons donc deux guides locaux : Renato et Wdevan.

Le prix est dégressif selon le nombre de personnes dans le groupe. Pour un groupe de 6 nous avons donc payé pour 2, 1620R$ soit 390€ environ. Ce prix inclue les guides, la navette A/R Palmeiras/parc, le logement chez l’habitant avec petit-déjeuner et diners au format buffet à volonté, repas du midi préparés avec amours par nos guides et trois jours de folie, mais ça on ne le savait pas encore.

J-1 : Nous partons de Salvador la veille du trek pour arriver en début de soirée dans une pousada très sympa avec piscine pour un prix plus que raisonnable ! Après un petit plouf on se dirige vers le centre de ce tout petit village. La place principale est remuée par le son des boites et des hauts parleurs à fond dans les vieilles voitures déglinguées de jeunes brésiliens. Décidément, la musique est reine au Brésil, en France, les 3/4 de la place aurait déjà appelés les flics pour tapage nocturne ! Nous mangeons rapidement un burger et on file à l’hôtel pour finaliser nos sacs de randonnée et se coucher car le lendemain notre doux réveil sonne à 5h !

Le premier jour

Aux lumières du soleil levant, nous rejoignons la maison de Némo, point de base du départ. Nous sommes les premiers et Némo nous met tout de suite à l’aise avec un petit déjeuner de roi composé d’énormes tapiocas ! Les 4 autres membres du groupe nous rejoignent ensuite, tout le monde parle français. Il y a donc un couple italo-belge, Ariana et Yoni ainsi que deux français, Alexandra et Joffrey. Les deux guides ne parlent pas français mais prennent le temps que tout le monde comprenne. Le portugnol aide pas mal !

Nous nous répartissons la nourriture du déjeuner et nous embarquons dans une camionnette pour la demi heure de trajet vers l’entrée du parc. On fait connaissance, tout le monde s’entend très bien, 3 jours merveilleux s’annoncent !

Pour vous repérez au cours de notre récit voici la carte retraçant notre périple.

Le ciel est sans nuage, et on est à Beco au pied d’une pente plutôt raide qui marque l’entrée du parc. On commence donc avec une montée de 50 minutes qui va permettre de nous préparer ! La première demi-heure est rude le temps de chauffer les muscles. Toutes ces pauvres caïpirinhas ingurgitées la semaine précédente sont évacuées par les pores de nos peaux ! En tout cas nos poumons nous remercient d’avoir arrêté de fumer au début de ce voyage ! Arrivés en haut, la vue est imprenable sur la plaine presque désertique d’où nous sommes partis.

Petite pause et c’est reparti pour une bonne heure de marche sur un plateau à la végétation rase. On croise quelques locaux marchants au côté de leurs mules chargés : ici impossible d’utiliser un véhicule à moteur. Nous arrivons au « bord » du plateau et s’ouvre devant nous une première vue magnifique sur la Vale do Pati et ses monts. C’est de toute beauté !

Au moins 300 mètres séparent le plateau de la vallée en contre bas et la pente est quasiment verticale ! Devinez quoi ? C’est par là que l’on descend ! Cette partie là est éprouvante, le sol glisse, et c’est tellement raide que l’on doit souvent s’asseoir pour descendre. C’est soulagés que nous arrivons enfin en bas et que nous continuons à marcher une bonne heure avant d’atteindre la rivière.

Après avoir sautillé tels de petits moineaux sur de nombreux cailloux, nous arrivons vers 15h aux cascades dos Funis où l’on se baigne dans une eau délicieusement glacée. Le moment est à la détente et la rigolade, on adore et c’est un peu la récompense après cette longue marche. La cerise sur le gâteau est le repas préparé par nos guides, nous sommes affamés car c’est notre premier vrai repas depuis le départ, on déguste, on est bien bref nous sommes prêts pour la dernière étape de la journée !

A la lumière du soleil déclinant, nous reprenons la route vers notre auberge que nous atteignons après une petite heure. La première journée s’achèvera donc après 16 km de marche.

L’auberge est un endroit chaleureux et convivial avec un confort spartiate. Nous prenons un repas copieux entourés de nos compagnons de route. Nous sommes heureux d’avoir entrepris ce trek et nous nous entendons à merveille avec les autres membres du groupe et c’est après avoir usé de nos dernières forces à discuter et entamé la digestion que nous allons nous coucher paisiblement.

Le deuxième jour

Réveil 6h du matin, quelques courbatures se font sentir mais rien de trop important pour le moment. Notre objectif de la journée est le « Morro do Castelo ». On dormait juste à ses pieds. Étant actuellement à 900 mètres d’altitude on doit atteindre son sommet à 1400 mètres.

Au pied du chemin on comprend que c’est plus de l’escalade que de la randonnée qui nous attend aujourd’hui, ne nous déplaise ! En deux heures on grimpe à la queuleuleu entre de gros rochers et les racines entremêlées de la végétation dense. Les lianes mais aussi Wdevan et Renato nous permettent de ne pas glisser ou de nous aider dans les moments vraiment techniques. Ces mecs là sont des boules d’énergie et apportent au trek de la bonne humeur, pleins d’anecdotes et de la technicité qui rendent le tout vraiment intéressant !

Nous faisons maintenant face à la gueule béante d’une grotte profonde. Nous enfilons nos frontales, c’est parti pour la traversée. Après un peu de descente, nos guides nous demandent de nous asseoir, d’éteindre nos lampes et de faire quelques minutes de silence. Il fait totalement noir, il n’y a pas un bruit, le moment est très agréable. Nous repartons et sortons de la grotte pour reprendre l’ascension pendant 1 heure afin d’atteindre le haut d’un rocher qui domine la vallée en contre bas. La vue est à couper le souffle, les heures éprouvantes de montée s’effacent face à ce magnifique point de vue.

Quand on monte il faut hélas redescendre ! Si la montée est physique, la descente est quant à elle éprouvante. Nous prenons le chemin à l’inverse et 2 heures plus tard on est au pied du morro les jambes raides. Nous entamons ensuite une heure et demie de marche pour rejoindre une deuxième auberge où l’on jettera nos sacs pour courir se détendre à la rivière dans une piscine naturelle. Au bilan de cette deuxième journée nous avons du faire entre 10 et 15 km, c’est difficile à déterminer précisément avec la montée presque verticale mais les chiffres sont peu importants face à ce que nous avons vu !

Après un repas copieux, le feu de camp est mis à l’honneur, au son de la guitare et une caipi à la main, nous savourons ce moment unique de partage.

Le troisième jour

Le dernier jour et pas des moindres… Au réveil, des courbatures assez violentes sont au rendez-vous pour l’ensemble du groupe et pourtant c’est 24km qui nous attendent aujourd’hui !

La marche matinale sera jalonnée de montées et descentes en pleine forêt et de 2 cascades (dont l’impressionnante cascade de Calixto) rafraîchissantes pour piquer une tête et déjeuner.

A partir de 14h30 nous repartons pour la dernière ligne droite composée principalement de plateaux. Une longue marche monotone nous attend. Entre temps, Micka a décidé d’apporter un peu de piment dans cette dernière marche et a glissé dans la seule brèche remplie d’eau de la plaine ! Sur le coup, nous n’avons pas du tout rigolé car il s’agit des anciens trous de forage sans fond et il s’est bien égratigné en tombant. L’appareil photo a lui aussi failli y passer mais fut mis hors d’eau très rapidement. Finalement, à coup de chaine humaine, nous avons réussi à le sortir de l’eau, merci à nos guides ultra réactifs!

Après cette frayeur, la nuit commence est tombée et c’est à la frontale pendant plus d’une heure et complètement épuisés que nous finissons la descente du plateau à Bomba dans la Vale do Capao ! Micka nous accompagnera en musique avec les « fouikfouik » de ces chaussures noyées.

Enfin, nous y arrivons, après des bornes et des bornes nous pouvons enfin nous poser ! Un minibus vient nous récupérer et nous déposer dans le petit village de Campos de Sao Joao où nous savourons tous ensemble une pizza de gros ! Enfin, de retour à la maison de Némo, c’est le temps des adieux avec notre super groupe et nos supers guides !

On traîne les pieds jusqu’à notre pousada où nous nous écrasons dans le lit, on est complètement mort avec les jambes en compote mais on est supers fiers de nous, on a quand même fait 55km en pleine nature escarpée.

Le lendemain c’est réveil en douceur, de toute façon nos corps nous disent clairement stop. On profite donc de la piscine de l’hôtel avant de remballer nos affaires et partir pour 18 heures de bus vers Brasilia, la nouvelle capitale du Brésil ! Célèbre pour son architecture on a prévu de la visiter en long en large et en travers !

L'article vous a plu ? Partagez-le ;)

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *