Le bus brésilien et São Luis

Nous quittons Belém et ses montagnes russes émotionnelles pour continuer la route vers Sao Luis, nous y resterons peu de temps mais nous avons envie de vous parler de certaines découvertes

Mais avant tout voici le sommaire de cet article :

Le bus Belém-São Luis et ses particularités !

Pour atteindre São Luis de Belém il faut 13 heures de bus … en théorie. En réalité nous avons mis 15 heures, quelque chose d’assez typique dans cette partie là du Brésil, vous allez comprendre.

Le bus part à l’heure et est censé faire un direct pour São Luis. Cependant, au Brésil, tout le monde a le droit d’héler un bus le long de la route pour monter dedans et chacun peut demander au chauffeur de s’arrêter pour descendre à peu près n’importe où ! C’est pratique courante sachant qu’on a aussi appris que les bus payaient une taxe à leur entrée en gare et donc que le billet y était plus cher. Notre bus s’est donc très souvent arrêté et comme nous ne savions pas que tout le monde pouvait le héler, nous avons eu quelques frayeurs en le voyant s’arrêter sur le bas côté d’une rue totalement sombre. En plus, notre livre du Brésil disait que ce tronçon de bus avait déjà été victime de braquage, ce qui nous a encore moins rassurés, à tord heureusement !

Astuce transport : Il vaut toujours mieux acheter ses billets de bus à la gare plutôt que sur les sites. En ligne, le site de réservation des bus appliquent une taxe proportionnelle au prix du billet.

La route rejoignant São Luis de Belém est loin de la belle autoroute à laquelle on s’attend dans notre France bien propre, lorsque l’on prend un aussi long trajet de bus. Ici c’est un peu comme un terrain de motos cross avec des trous et des bosses partout! De plus, à chaque ville passée il y a des dos d’âne au minimum tous les kilomètres, mais des dos d’ânes qui te font sauter tout un bus si tu le prends à plus de 10km/h. Donc le bus fait des ralentissements, des accélérations et des zigzags à peu près tout le temps ! Respect pour les chauffeurs car c’est sportif comme métier !

Enfin bref, le tout compilé, il est tout à fait normal que l’on soit arrivés plus tard, ici il faut prendre son temps et ça tombe bien du temps on en a plein !

La nuit fut longue mais nous avons tout de même bien réussi à dormir. Nous prenons un bus de ville pour le centre historique de São Luis où nous avons réservé une super Pousada (c’est le nom des auberges typiques brésiliennes) où on prendra des petits déjeuner de rois.

Le centre historique de São Luis

São Luis fait partie de ces villes brésiliennes qui ont une énorme skyline de tours dominant l’océan, en parallèle cependant on y trouve un tout petit centre historique représentant un bel échantillon d’architecture coloniale avec ses petites maisons ou immeubles intermédiaires, aux couleurs prononcés et aux traits soulignés de blanc. Les rues sont pavées et de petits artisans se regroupent autour Del lago do comercio, où, à la nuit tombante, se déroule quelques festivités musicales. Notre pousada étant proche de cette jolie palette de couleurs. Baignant dans la tranquillité, nous profitons et prenons le temps de flâner et de nous détendre suite aux émotions procurées à Belém et dans le bus. Ici la chaleur nous exténue mais elle a le mérite d’être moindre en humidité ce qui nous permet de moins suffoquer.

Le soir venu nous nous prenons une bonne bière hydratante avec des pasteu, des feuilles de bricks frits avec du fromage à l’intérieur. Nous profitons du petit concert donné juste en face de nous où le doux son de la musique portugaise résonne à nos oreilles. Nous en profitons pour écrire et dessiner un peu tout en observant les gens qui passent et qui dansent. Nous repartons et croisons sur une plus petite place une prof et ses élèves qui répètent un morceau de percussions. C’est en rythme que nous rentrons à la pousada totalement épuisés.

La plage de Calhau

Le lendemain, nous décidons d’aller voir la plus belle plage de São Luis. Nous sortons du bus un peu avant la plage, ainsi pour la rejoindre nous longeons les « condominho ». Il s’agit d’ensembles de résidences complètement sécurisés et surveillés au cœur des villes, ils sont très nombreux sur le bord de mer. Peu avant la plage nous passons au-dessus d’un pont sous lequel se déverse une eau noire peu appétissante qui va rejoindre directement l’océan.

Arrivé sur la plage de Calhau, le paysage est magnifique : plage de sable blanc et fin bordée de nombreux restaurants et bars. Nous tremperont seulement les pieds dans l’eau, ayant été un peu refroidis par l’image précédente. Nous nous désaltéreront à la bière sous les parasols en feuille de palmier pour se reposer de la longue marche sur la plage, quelle belle vie !

Nous repartons avec quelques couleurs supplémentaires et rentrons au centre historique où nous y passerons notre dernière soirée. Le lendemain c’est départ pour le Parc National des Lençois et ses paysages sensationnels ! Notre aubergiste nous ayant arrangé un transfert privé direct entre hôtels à un prix très proche du billet de bus, nous nous laissons porter par une organisation déjà toute faite.

L'article vous a plu ? Partagez-le ;)

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *