De la vallée de Cocora à Los Nevados

De Salento nous partons pour un trek de 4 jours (3 au final) en autonomie de la célèbre vallée de Cocora aux montagnes de Los Nevados. Nous le faisons avec nos deux acolytes Julie et Greg. Ensemble, nous allons découvrir les immenses palmiers de cire de Cocora, la jungle avec ses chemins boueux et le páramo de Romerales et ses espeletias (freilajones en espagnol).

Mais avant tout voici le sommaire de cet article :

Jour 1 : La vallée de Cocora

Le réveil sonne tôt ce matin à Salento, nous déjeunons la tête embrumée et il est déjà temps de charger nos gros sacs direction la place principale du village. Ça fait un mois et demi que nous avons quitté les montagnes du Pérou et que nous sommes à basse altitude. Nous ne sommes plus vraiment acclimatés et nous espérons que nous tiendrons la forme durant ces quatre prochains jours. Au contraire Julie et Greg viennent tout juste de réaliser le trek du Huayhuash en autonomie pendant 10 jours ainsi qu’un sommet à 6000 ! Ils sont au top de l’acclimatation et de la forme, nous espérons pouvoir tenir le rythme.

Nous chargeons nos sacs dans les jeeps Willis remis en service pour les touristes et c’est debout à l’arrière que nous réalisons les 30 minutes de route qui nous séparent de notre point de départ. Les cheveux au vent nous apprécions le paysage vallonné et verdoyant sous un ciel ensoleillé.

Astuce transport : De la place principale de Salento des Jeep partent dès quelles sont pleines pour la vallée de Cocora, 4000 COP.

Stat : Bosque de Cocora (2000m) – Estrella de agua (3200m)
> 10km
> 1200m de dénivelé positif
> 350m de dénivelé négatif
> Notre temps de marche : 6h00

Du parking, nous sommes aux pieds de la vallée de Cocora et ses fameux palmiers de cire. Il s’agit d’un type de palmier qui peut faire jusqu’à 60m de haut et pousser à flanc de colline. Notre première étape consiste à traverser cette vallée incroyable par le haut en allant de mirador en mirador. Les points de vue sont plus incroyables les uns que les autres : des champs verdoyants où paissent chevaux et vaches, des morceaux de forêt, et des palmiers immenses un peu partout.

Astuce visite : Pour découvrir la vallée de Cocora il y a deux circuits, un court et un long, le court, c'est un aller retour aux miradors, le long commence par ces mêmes miradors puis continue pour faire une boucle en revenant par le fond de la vallée en longeant la rivière. Le chemin des miradors s'étire sur une propriété privée et coûte 4000 COP.

La skyline de collines recouvertes de ces hauts arbres fouettés par le vent tranche sur le ciel bleu. Micka rêvait de visiter ce paysage et il n’est pas déçu de la découverte, pendant les deux heures de traversées il mitraillera littéralement chaque palmier croisé.

À la fin du chemin des vues panoramiques, au lieu de revenir en longeant la rivière nous continuons vers le parc de Los Nevados. Les plaines ont laissé place à une forêt dense et un chemin très pentu et boueux. Nous sommes chanceux d’avoir grand soleil car la boue aurait pu être glissante puissance dix !

Nous arrivons bientôt face à l’entrée de la maison aux colibris, une étape incontournable pour Elodie qui est littéralement passionnée par ces petites bêtes ultra vives. Contre 5000 COP chacun, les gérants nous offrent un chocolat chaud, un morceau de fromage et bien sûr le temps que l’on veut pour observer les fameux oiseaux. Devant la maison, d’énormes arbres à fleurs ainsi que des mangeoires remplis d’eau sucrée attirent ces petits êtres. Une dizaine virevoltent devant nous, ils sont tellement rapides en vol qu’il est impossible de distinguer les battements de leurs ailes ! Cependant, les vrombissements qu’ils produisent sont impressionnants. Il a fallu beaucoup de patience pour obtenir quelques beaux clichés mais on en est très fiers.

Il est tant de repartir et d’attaquer la longue montée qui nous sépare de notre futur campement. Il fait chaud, les sacs sont lourds, le chemin est boueux, ce n’est pas une partie de plaisir ! Sur 3,5km nous montons 500m de dénivelé. De temps en temps des percées dans la végétation dense nous offrent une belle vue sur ce début de montagne complètement englouti par la jungle.

Nous arrivons en fin d’après-midi à l’hôtel Estrellas de Agua, nous demandons s’il est possible de camper sur le terrain. Réponse froide en nous disant que c’est impossible mais qu’on peut aller près de la rivière à 5 min. Normalement c’est interdit mais comme il est tard, on nous autorise si nous partons tôt le lendemain. C’est tout ce qui nous fallait ! Le terrain est vraiment derrière la propriété après la rivière, proche d’une petite cascade et à l’abri du vent. Quoi demander de plus? Montage de tentes et popote, nous ne tardons pas avant d’aller nous coucher car demain c’est montée, montée et montée… on va faire chauffer les jambons !

Jour 2 : Páramo de romerales

Stat : Estrella de agua (3200m) – Finca la playa (3750m)
> 8km
> 730m de dénivelé positif
> 200m de dénivelé négatif
> Notre temps de marche : 5h00

Réveil en douceur après une nuit paisible. Le ciel est gris mais il ne pleut pas, nous nous disons que ça va surement se dégager dans la journée. Petit déjeuner et pliage de tente nous voilà fin prêts à partir à l’attaque des montagnes du parc de los Nevados !

On monte, on monte et on monte ! Nous le savions mais ce n’est pas forcement plus facile. Le chemin est de plus en plus boueux avec des passages quasiment impraticables. Dans ces conditions l’avancée est lente, chaque pas est réfléchi afin de ne pas y laisser sa chaussure.

Plus nous grimpons plus la forêt s’éclaircit et nous débouchons maintenant sur un paysage plus aride avec les sommets de la chaîne de montagne en fond. Après la jungle place à la végétation basse et au nuancier jaune, vert clair, marron. L’altitude est trop haute pour que la forêt pousse ici, nous avons atteint le Páramo de Romerales.

Un páramo est un type d’écosystème particulier aux montagnes de Colombie. Se développant à une altitude minimale de 3500m, le terrain est gorgé d’eau apparaissant même, à certain endroit, comme des marécages. Les nuages bas y déversent régulièrement de grandes quantités d’eau, résultat : c’est un des climats les plus humides du pays. D’ailleurs une grande partie de l’eau douce des montagnes est concentrée dans les páramos. La végétation y est bien particulière avec des buissons et arbustes de faible hauteur et des freilajones (espeletias). Ce sont de grosses fleurs jaunes sur un tronc typé palmier. Après la jungle c’est incroyable de découvrir ce nouveau décor totalement différent. Le soleil nous fait même le plaisir de se dévoiler.

Nous marchons deux heures dans ce paysage inconnu avant d’atteindre la finca Primavera puis la finca La Playa, une demi-heure plus tard. Il s’agit des deux fermes/refuges à des kilomètres à la ronde. Nous dormirons dans le « jardin » cette nuit avec quand même un dîner bien chaud et roboratif. La maison est vraiment spartiate avec comme unique pièce de vie, la cuisine où l’on s’assoit tous autour du poêle-cuisinière. Nous y dégusterons notre repas avant d’aller se mettre au chaud dans nos petites tentes. Demain nous partons pour la lagune d’altitude El Encanto et les thermes un peu plus loin.

Astuce logement : Les finca La Playa et Primavera acceptent les trekkeurs en tente et possède également des dortoirs. Pour la Playa c'est 10 000 COP la tente dans le jardin et 15 000 dans un espace couvert. Pour manger le soir c'est 12 000 COP par personne.

Jour 3 : Le retour imprévu

Stat : Finca la playa (3750m) – Vallée de Cocora (2000m)
> 16km
> 550m de dénivelé positif
> 1930m de dénivelé négatif
> Notre temps de marche : 6h30

Vers minuit nous sommes réveillés par une grosse averse qui fouette avec acharnement nos tentes. Nous arrivons à nous rendormir en se disant qu’au réveil le temps sera plus clément… Hélas non ! Au réveil le vent est puissant et la pluie continue de tomber. Nous sortons la tête de la toile de tente pour découvrir que nous sommes littéralement au milieu des nuages, on ne voit pas à plus de 10m. Nous nous réfugions dans la cuisine de la ferme pour prendre notre petit déjeuner en espérant que le temps s’améliore mais rien n’y fait à 9h il pleut et vente toujours autant ! Les tentes sont trempées nous allons devoir les plier mouillées.

Après un point de situation nous décidons de rebrousser chemin face aux conditions climatiques déplorables. Nous ne voulons pas affronter la pluie toute la journée pour découvrir une lagune sous les nuages et devoir remonter la tente sous la pluie et dormir trempés ! Nous rentrons donc aujourd’hui. Nous plions les tentes comme nous pouvons et c’est parti pour affronter le vent, la pluie, la boue. Malgré l’inconfort de marcher dans ces conditions, le lieu constitué de semi marécage dans la brume épaisse est d’une certaine esthétique. Nous nous croyons dans le Seigneur des anneaux dans les plaines marécageuses du Mordor.

Il nous faudra deux heures pour atteindre la forêt où le chemin est devenu encore plus boueux que la veille. Cependant à mesure que nous descendons nous quittons la chape de nuage et son humidité. Nous retrouvons la chaleur et les couches de vêtement tombent une à une. Afin de varier un peu le parcours nous passons cette fois par le bas de la vallée de Cocora en longeant la rivière. Une série de 6 ponts suspendus sous une végétation dense de lianes et de bambous donne des airs d’Indiana Jones à notre retour.

Finalement nous terminons la journée par la traversée des bosquets de palmiers de cire que nous pouvons admirer du bas cette fois. C’est à 18h que nous monterons dans la dernière jeep direction Salento, un poil déçus d’avoir arrêté le trek une journée plus tôt, mais tout de même heureux d’avoir découvert deux types de paysages que nous ne connaissions pas du tout.

Finir le trek

Si nous avions été épargnés par le temps nous aurions quitté La Playa tôt le matin pour rejoindre la Laguna El Encanto à 5km. Nous aurions poursuivi jusqu’aux thermes en passant pas loin du camp de base du Tolima. De la playa aux thermes il faut compter 13km avec 730m de dénivelé positif. Nous aurions posé les tentes proches des thermes pour descendre le lendemain de l’autre côté du Tolima jusqu’à Juntas où il est possible de récupérer un colectivo pour Armenia. Entre les thermes et Juntas il y a 21km et 2180m de dénivelé négatif. Malheureusement nous ne verrons pas la lagune ni les thermes mais ce fut quand même trois jours de trek super sympa !

Pour les plus motivés, on peut atteindre dès la première journée de trek la finca La Playa si l’on part tôt.

Nous rentrons maintenant sur Salento pour profiter une journée de plus de ce petit village coloré au climat plus clément avant de partir pour Médellin.

L'article vous a plu ? Partagez-le ;)

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *