Can Tho, exploration du delta du Mékong

Avant de rejoindre le Cambodge, nous faisons un dernier stop rapide dans la ville de Can Tho, au cœur du delta du Mékong afin de partir en barque découvrir ses célèbres marchés flottants ainsi que les jardins cachés dans ses petits canaux.

Mais avant tout voici le sommaire de cet article :

Arrivée à Can Tho

Du quartier Pham Ngu Lao à Ho Chi Minh ville nous rejoignons une agence Futa à deux pas et prenons le premier bus pour Can Tho à 3h à peine de la métropole. Situé au cœur du delta, cette grande ville est un point de départ privilégié pour découvrir en bateau les fameux marchés flottants. Arrivés à Can Tho, nous choisissons un hôtel pas trop cher à l’extérieur de la ville qui propose une balade en bateau à un prix raisonnable. La compagnie Futa offre quant à elle un super service car elle inclut le drop off (dépose) à l’hôtel dans le billet ! Nous arrivons donc au Latos Homestay en fin d’après-midi.

Astuce transport : La compagnie Futa propose des transports du centre d’Ho Chi Minh vers Can Tho toutes les demi-heures avec drop off pour 134 000 VND.

Astuce logement : Le Latos Homestay propose des chambres doubles avec sdb sans petit déj pour 134 000 VND.

Auprès des propriétaires nous organisons notre excursion du lendemain, il est prévu que nous partions de l’auberge à 5h30 du matin afin de rejoindre notre petite embarcation vers 6h et ainsi découvrir le marché flottant de gros au moment où il est le plus actif. Ensuite nous partirons voir un marché flottant de détails, puis nous ferons un tour des canaux et une visite de jardin fruitier pour finir par la découverte d’une fabrique de galette de riz avant de rentrer. Soit 6 à 7h de bateau pour 800 000 VND la barque de 4 personnes. À l’hôtel, séjourne un autre couple d’allemands avec qui nous partagerons cette expédition, ainsi celle-ci nous revient à 200 000 VND par personne, une super affaire !

Un marché flottant sur le Mékong

Dur dur le réveil à 5h du matin, mais nous y sommes. Le gérant de l’hôtel nous dépose à l’embarcadère en donnant les consignes au conducteur de la barque et nous voilà partis à l’attaque du delta du Mékong. Il fait encore nuit noire et seules quelques lumières sur les berges permettent de distinguer les limites des eaux. Derrière nous le soleil se lève doucement, notre batelier fait demi tour et se met en position pour nous offrir le meilleur moment, la bille rouge vient enflammer le ciel du petit matin.

Nous arrivons maintenant au marché fluvial de gros. Il s’agit de grands bateaux pleins à craquer de fruits ou légumes dont les marins vendent leur marchandise directement au milieu du fleuve. Les petits bateaux d’acheteurs circulent d’un vendeur à l’autre créant un ballet assez fascinant à regarder. Nous retrouvons des barges pleines à craquer d’ananas, de pastèques ou encore de patates. Pour reconnaître la marchandise c’est plutôt simple, un exemplaire du fruit ou du légume est attaché au bout d’un long mât au dessus du bateau, on ne peut pas s’y tromper !

Comme nous l’avions lu, il y a pas mal de touristes comme nous, dans de plus ou moins gros bateaux et finalement le marché n’est pas immense mais c’est intéressant de découvrir ce mode de vente où les canaux et fleuves sont plus importants que les routes, et que les barques à moteurs ont remplacé les mobylettes. De plus, notre conducteur nous fait passer plusieurs fois à travers le marché, au plus près des vendeurs et nous offrent quelques fruits pour le petit déjeuner.

Nous partons alors explorer le marché de détails, nous avons une bonne heure de navigation devant nous, le temps d’admirer les berges recouvertes de petites maisons de briques et de broques et de chantiers navals ou encore de suivre la course lente d’énormes barges de sables, graviers ou bois qui remontent et descendent ce bras du Mékong. Le décor est beau mais la pollution est omniprésente. Notre marin s’arrête toutes les 10 minutes pour couper les plastiques qui bloquent l’hélice pour ensuite les remettre à l’eau, eau saumâtre recouverte de bouteilles et autres déchets flottants. Il faut dire que le Mékong traverse la Chine, le Laos, le Cambodge puis le Vietnam ainsi qu’une bonne dizaine de grandes métropoles dont deux capitales avant d’arriver là, autant dire qu’il en voit de toutes les couleurs !

Nous arrivons au marché de détails où plutôt aux 3 barques de vendeurs pour les 6 de touristes. Difficile de reconnaître ici un « marché flottant » il s’agit plutôt de quelques vendeurs ambulants en barque qui proposent des encas pour nous, touristes levés tôt. On retrouve une panoplie de boissons froides ou chaudes ou encore un bol de Pho, soupe traditionnelle.  Après un café, nous quittons ce faux marché pour nous enfoncer dans les petits canaux.

Un tour dans les canaux

Il n’y a plus de grosses barges ici, la largeur des canaux ne dépasse pas 3 barques comme la nôtre et seul le bruit de notre moteur perturbe la quiétude des lieux. La végétation est plus dense sur les petites berges avec des arbres, buissons et cocotiers qui trempent leurs racines dans l’eau. Derrière ces murs verts, quelques petites maisons. On croise deux trois personnes en train de préparer de petits bateaux de pêche ou de faire la vaisselle dans les eaux noires du canal.

Après une heure de balade nous arrivons dans un canal complètement envahi par la végétation flottante, mais il nous faut passer ! Notre conducteur met les gaz et notre barque fend, petit à petit et non sans mal, cet amas de végétation. Nous débarquons bientôt dans un lieu paisible où poussent fleurs et fruits.

Du jardin aux feuilles de riz

Pause bienvenue après déjà trois heures de bateau, nous prenons le temps de faire le tour du jardin dans lequel nous avons été débarqués. Est-ce que vous vous êtes déjà demandé comment pousse un ananas ? Parce que nous nous le découvrons aujourd’hui et c’est bien surprenant, la photo ci-dessous ! On déambule tranquillement entre les bananiers, les cocotiers ainsi que les bassins de fleurs de lotus. Vraiment bel endroit perdu dans les canaux, nous en profitons pour manger un encas avant de repartir sur notre petite embarcation.

Nous avons la chance de serpenter encore une bonne heure dans les canaux avant de rejoindre notre dernier arrêt. Notre conducteur joue vraiment le jeu, prend le temps qu’il faut sans nous presser et nous offre des fruits à déguster. Nous débarquons donc une dernière fois dans une petite usine familiale de galette de riz, les fameuses qui servent à fabriquer les nems. Nous découvrons que la farine de riz est bouillie dans l’eau créant une pâte similaire à la pâte à crêpes. Elle est ensuite étalée sur une grande plaque chauffante avant d’être retirée à l’aide d’un rouleau et déposée sur des plateaux tressés pour finalement sécher au soleil. On nous fait même essayer le décollage au rouleau de la galette. Une petite activité anecdotique mais qui conclut bien cette belle matinée.

Après 7 heures de navigation nous rentrons au port. Au vue de la prestation de notre conducteur nous lui laissons un pourboire car, étant au bout de la chaîne, ce ne sera sûrement pas le mieux payé dans l’histoire. Nous sommes contents d’être passés par notre hôtel qui nous a assuré un grand tour de qualité pour un prix vraiment raisonnable. Impossible de s’ennuyer avec tout ce qu’il y a à découvrir. Nous avons donc bien aimé cette visite, avec cependant une petite déception pour « le marché de détails », il ne devrait tout simplement pas appeler ça comme ça et une profonde tristesse pour la pollution terrible de delta du Mékong qui nous a accompagnés à chaque instant, même au plus profond des canaux.

Tentative de balade à vélo

Retour à l’hôtel et le temps de manger un bout dans leur restaurant, il nous reste quelques heures avant le coucher du soleil, c’est donc l’occasion de visiter les canaux à vélo. Nous empruntons donc ceux de l’hôtel pour partir à l’aventure. Mais cassons tout de suite le suspens, c’est un échec. Nous sommes sur la rive sud du fleuve, face à la ville de Can Tho et par ici il n’y a pas de canaux. Nous tentons de partir à l’ouest mais traversons seulement des quartiers pavillonnaires en construction, nous nous arrêtons finalement dans un bar-restaurant disposant d’un beau jardin fleuri pour y passer la fin d’après-midi à siroter quelques bières. Il faut dire qu’on est vanné après le réveil de 5h du matin ! Une fin de journée qui se conclut donc en douceur. Nous pensons que pour effectivement profiter d’une belle balade à vélo il faut se rendre à l’ouest de Can Tho sur la rive nord.

Ce petit stop à Can Tho nous a permis de découvrir les canaux et marchés du delta du Mékong, fleuve que nous avions longuement contemplé et longé au Laos. Une activité sympa avant de rejoindre, demain, le Cambodge où nous continuerons de croiser les flots tumultueux de l’immense Mékong.

L'article vous a plu ? Partagez-le ;)

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *